"Divorce à Buda" de Sandor Marai

Publié le par Michel Sender

"Divorce à Buda" de Sandor Marai

« Par un de ces après-midi de septembre qui exhalent encore la chaleur persistante de certaines journées caniculaires, le jeune juge Kristóf Kömives compulsait dans son bureau quelques dossiers relatifs à des procès de divorce.

L’un de ces dossiers, qui devait être présenté à l’audience le lendemain, l’intéressait tout particulièrement : il en connaissait en effet les protagonistes. » [*]

 

Divorce à Buda de Sándor Márai, romancier hongrois (1900-1989) redécouvert peu après sa mort à San Diego aux États-Unis, date de 1935 et reste très symptomatique d’une littérature d’Europe centrale des années Trente.

La Grande Guerre a fait éclater la Mitteleuropa, et notamment l’Autriche-Hongrie – la Hongrie également marquée par la République des Conseils de Béla Kun en 1919 : « la société ne s’était pas entièrement remise des soubresauts de la révolution », le « grand séisme » ayant provoqué un « retournement des valeurs et des conventions ».

C’est à cela qu’a le sentiment d’être confronté le juge Kömives, catholique pratiquant issu d’une famille de magistrats et marié à la fille d’un général autrichien rencontrée à Zell-am-Zee, marqué dans sa personne par un conservatisme bourgeois et une morale rigide, chargé dans son métier de trancher les questions de divorce.

Le fait de revoir un ancien camarade de classe, le docteur Imre Greiner qui a épousé une certaine Anna Fazekas (« avec laquelle j’ai joué un jour au tennis à l’île Marguerite », se souvient-il) dans son bureau va  bousculer sa vie mais peut-être pas – sans doute pas – la changer…

Le monde et les atermoiements des personnages de Sándor Márai font penser à ceux de Stefan Zweig influencés par les premières connaissances de la psychanalyse et de l’inconscient, mais semblent rester très étriqués et corsetés à l’extrême.

 

Michel Sender.

 

[*] Divorce à Buda (Válás Budán, 1931) de Sándor Márai, traduit du hongrois par Georges Kassai et Zéno Bianu [Albin Michel, 2002], collection « Biblio », Le Livre de Poche, Librairie générale française, Paris, février 2004 ; 256 p., 6 €.

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article