"Esclave amoureuse" de Gérard d'Houville

Publié le par Michel Sender

"Esclave amoureuse" de Gérard d'Houville

« La nuit était venue, nuit tardive de mai encore obscure et sans lune. Antoine Ferlier ne pouvait plus tromper son ennui par la contemplation du paysage indistinct. Tout le jour, il avait vu les tristes forêts, les longues cyprières se dérouler à l'infini. Aux arbres séculaires, cyprès ou « chênes vivants », pendait la grande mousse grise, emmêlée, hirsute et sinistre, nommée « barbe espagnole ». Du sol malsain semblaient s'exhaler la fièvre et ses miasmes mortels ; des serpents affreux devaient y vivre sous les herbes marécageuses. L'aspect du sol natal, au retour, parut au jeune homme sévère et presque terrible. Les lumières du car empêchaient, par leur reflet, de distinguer au ciel les premières étoiles. Tout était moite et un vent chaud soufflait. » [*]

 

Ayant retrouvé ce petit volume cartonné de Gérard d’Houville (c’est-à-dire Marie de Régnier, fille du poète José Maria de Heredia ayant épousé Henri de Régnier en 1895), le titre, Esclave amoureuse, m’intriguait, jusqu’à ce que je comprenne qu’il s’agissait de la reprise d’Esclave, un roman publié en trois livraisons de La Revue de Paris des 1er et 15 décembre 1904 et du 1er janvier 1905, puis en volume chez Calmann-Lévy la même année.

L’édition Calmann-Lévy de 1905 (uniquement elle) était dédiée « à Madame René Raoul-Duval, en souvenir de son pays ». Dite « Georgie », née Jeannie Urquhart, d’une grande famille de La Nouvelle Orléans, Georgie Raoul-Duval, qui fréquentait le salon de Mme Lucien Muhlfeld, eut notamment une liaison torride avec Colette (qui à l’époque vivait avec Willy) puis avec Marie de Régnier, amoureuse également de Pierre Louÿs.

Et, effectivement, Esclave amoureuse se déroule exclusivement à La Nouvelle Orléans (Marie de Régnier y avait accompagné son mari en 1900 lors d’une tournée pour l’Alliance française aux États-Unis et en Louisiane), ville magnifiée et décrite en détails : l’arrivée en train, la traversée du Mississippi en bac, le quartier français, l’Hôtel Saint-Charles, le marché, la cathédrale, le restaurant Bezaudon, la promenade des Levées, Canal street, Broad street, le champ de courses, le tramway jusqu’au lac Pontchartrain…

Le protagoniste masculin du livre, Antoine Fervier, revient à La Nouvelle Orléans pour en fait retrouver un ancien amour, Grâce Mirbel, blanche créole qu’il a abandonnée plusieurs années auparavant. « Il lui disait : “ Eh bien, oui ! je vous ai trompée, je vous ai trahie, je vous ai humiliée, je vous ai détestée, je vous ai quittée, je vous ai oubliée autant qu’un être humain peut oublier un autre être. À présent que je vous revois, que les années se sont écoulées, que vous avez changé, que vous n’êtes pas la même, je ne désire plus que vous. ” »

Grâce Mirbel, d’un père yankee et d’une mère française, d’une « naïve coquetterie qui était autrefois son plus sûr attrait », mariée à un homme d’affaires qui réside le plus souvent à Paris, habite rue Terpsichore et vit librement : « Elle est indolente, elle est paresseuse ; un jour, elle dort, elle bâille, elle s’étire. Le lendemain, elle monte à cheval, elle part seule pour sa plantation… », précise l’auteur par l’intermédiaire d’un des personnages.

Le roman de Gérard d’Houville reste très bien écrit mais a malheureusement vieilli dans sa description d’une société esclavagiste et dans le portrait d’une femme qui déteste l’homme qui l’a meurtrie et qui, cependant, « esclave amoureuse [revient] au joug de son maître » (sic, derniers mots du livre).

Il faut dire qu’il commençait par une citation du Banquet de Platon : « De tous les Dieux, l’amour est le plus ancien, le plus auguste et le plus capable de rendre l’homme heureux durant sa vie et après sa mort. »

 

Michel Sender.

 

[*] Esclave amoureuse [Esclave, Calmann-Lévy, 1905] de Gérard d’Houville, « Collection de bibliothèque », Arthème Fayard et Cie éditeurs, Paris, 1927 ; 160 pages, relié-cartonné.

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article