"Souvenirs dormants" de Patrick Modiano

Publié le par Michel Sender

"Souvenirs dormants" de Patrick Modiano

« Un jour, sur les quais, le titre d’un livre a retenu mon attention, Le Temps des rencontres. Pour moi aussi, il y a eu un temps des rencontres, dans un passé lointain. À cette époque, j’avais souvent peur du vide. Je n’éprouvais pas ce vertige quand j’étais seul, mais avec certaines personnes dont justement je venais de faire la rencontre. Je me disais pour me rassurer : il se présentera bien une occasion de leur fausser compagnie. Quelques-unes de ces personnes, vous ne saviez pas jusqu’où elles risquaient de vous entraîner. La pente était glissante. » [*]

 

Souvenirs dormants de Patrick Modiano, que j’ai acheté récemment en livre de poche mais dont je me suis rendu compte que je l’avais déjà lu en collection blanche à sa parution (je ne le retrouve pas dans ma bibliothèque mais une annotation dans un de mes carnets en atteste), continue à la fois de me troubler et de m’enchanter.

À quelques détails, je me souviens effectivement de l’avoir lu mais j’en avais oublié la trame.

C’est sans doute assez « normal » avec Patrick Modiano qui nous abreuve de parcours parisiens, de noms de personnes, de rues, d’hôtels ou de cafés, et même d’anciens numéros de téléphone… pour essayer de reconstituer une mémoire défaillante.

Souvenirs dormants, un de ses livres  inspirés de ses « mystères de Paris » personnels, se rattache manifestement à l’adolescence et aux vingt ans (l’été 1965) de Patrick Modiano, à ses fugues habituelles (la Haute-Savoie est souvent citée) et à son intérêt pour l’occultisme et Georges Gurdjieff.

Mais surtout, et toujours, ce sont les rencontres qui l’influencent, le marquent, le motivent, l’intriguent… et nous aussi.

Et puis, des portraits ou des évocations de femmes (« la fille de Stioppa », Mireille Ourousov, Geneviève Dalame, Madeleine Péraud, Madame Hubersen, celle enfin dont le nom reste volontairement tu)… et des hommes inquiétants (Jacques de Bavière — ou Debavière ; le frère de Geneviève Dalame et Alain Parquenne).

« Vous en avez de la mémoire… » lui dit Madame Hubersen. « Oui, beaucoup… répond le narrateur. Mais j’ai aussi la mémoire de détails de ma vie, de personnes que je me suis efforcé d’oublier. Je croyais y être parvenu et sans que je m’y attende, après des dizaines d’années, ils remontent à la surface, comme des noyés, au détour d’une rue, à certaines heures de la journée. »

Comme un miroir du lecteur.

 

Michel Sender.

 

[*] Souvenirs dormants de Patrick Modiano [éditions Gallimard, 2017], collection « Folio », éditions Gallimard, Paris, juillet 2019 ; 112 pages.

"Souvenirs dormants" de Patrick Modiano

Encre sympathique (voir ce blog le 8 janvier 2020) est annoncé en « Folio » fin septembre 2021 (site Gallimard), ainsi qu’un nouveau roman en octobre, Chevreuse (information de Denis Cosnard sur Le Réseau Modiano).

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article