"Meurtres pour mémoire" de Didier Daeninckx

Publié le par Michel Sender

"Meurtres pour mémoire" de Didier Daeninckx

« Un détachement de Gendarmes Mobiles encerclaient une poignée de manifestants. Des autobus de la RATP stationnaient plus loin, vers la rue du Sentier. Les Algériens y furent conduits sans ménagement. Les bus quittèrent l’arrêt un à un, au maximum du remplissage. Certains corps penchaient dangereusement de la plate-forme arrière. Le machiniste était seul avec sa cargaison humaine. Cent, cent cinquante prisonniers. Pourtant, aucun d’eux ne songeait à s’enfuir, à libérer ses camarades. Paris était bouclé, toute fuite semblait d’avance vouée à l’échec. » [*]

 

En ce 17 octobre 2021, je prends un extrait (page 106) d’une (parmi d’autres) des nombreuses éditions « Folio » de Meurtres pour mémoire de Didier Daeninckx.

C’est en effet grâce à ce livre (daté Aubervilliers. Janvier-février 1983), sous forme d’une enquête policière, que furent remis en mémoire les événements du 17 octobre 1961 à Paris, moins connus que la répression et les morts de la station de métro Charonne lors de la manifestation du 8 février 1962, mais beaucoup plus meurtriers.

Soixante ans après, grâces lui soient rendues — ainsi qu’aux militants de la première heure.

 

Michel Sender.

 

[*] Meurtres pour mémoire de Didier Daeninckx [« Série noire », Gallimard, 1983], collection « Folio », éditions Gallimard, Paris, mai 1988 ; 224 pages, impression de mai 1989 (illustration de couverture : Donald Grant).

Graffiti dû notamment à Jean-Michel Mension (Alexis Violet). Photographie de Jean Texier pour « L’Humanité »

Graffiti dû notamment à Jean-Michel Mension (Alexis Violet). Photographie de Jean Texier pour « L’Humanité »

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article