Le fantôme de Gustave Doré "illustrateur" d'Oscar Wilde

Publié le par SENDER




Un peu d’humour rentré, si vous le voulez bien, à propos d’une « curiosité » (vous verrez, je suis très curieux !) concernant un volume d’Oscar Wilde (1854-1900) dans la « Bibliothèque Lattès » [*].

Cette collection, économique et populaire, qui permettait au groupe Hachette de diffuser des classiques cartonnés (souvent imprimés en Chine) sans appareil critique mais illustrés, n’a pas perduré (multiplicité des classiques en poche, arrivée des livres à dix francs des « Mille et une nuits », etc. ?...) mais fait toujours le bonheur des libraires d’occasion.

La nouvelle Lord Arthur Savile’s Crime parut en mai 1887 dans la Court and Society Review puis en volume en 1891 avec The Canterville Ghost, The Sphinx without a secret et The Model Millionnaire.

En français, les nouvelles d’Oscar Wilde – je vous passe les variantes du Fantôme (voire Le Spectre) de Canterville ou des Canterville ; ainsi que les jeux de mots intéressants entre Le Modèle millionnaire ou Le Millionnaire modèle – comme toujours dans le désordre par rapport aux recueils originaux, furent traduites successivement par Albert Savine chez Stock, Cecil Georges-Bazile (Calmann-Lévy), Léo Lack (Mercure de France), puis, en 1945, par Jules Castier, de nouveau chez Stock. (Jusqu’alors Jules Castier était essentiellement le traducteur français d’Aldous Huxley. Il a traduit également les Poèmes de Rudyard Kipling, Sinclair Lewis, le Baron Corvo...)

C’est cette traduction que les différentes enseignes du groupe Hachette (ré)utilisent régulièrement depuis. (Après-guerre, Jules Castier a retraduit pour les éditions Stock toute une série de classiques anglais : La Vie de Jonathan Wild le Grand de Henry Fielding, Orgueil et préjugé de Jane Austen, Jane Eyre de Charlotte Brontë... qui ont fait florès dans les clubs de livres reliés.)

Bref, le fantôme des Canterville ou du domaine de Canterville m’intéresse moins que lord Arthur Savile et son crime, que j’adore (les chiromanciens et autres charlatans ou gourous n’ont que ce qu’ils méritent, na !) – mais, en fait, c’est une apparition (sur l’horrible jaquette de ce livre) qui me hante : celle de Gustave Doré !

Le pauvre, né en 1832 à Strasbourg et mort en 1883 à Paris (comme nous le précisent tous les bonnes encyclopédies, y compris sur le net), je doute qu’il ait, de son vivant, même s’il s’est effectivement rendu à Londres, illustré les nouvelles d’Oscar Wilde. À moins que ce ne fût son fantôme !... Brrrrrrr.

Michel Sender.

[*] Le Fantôme de Canterville et autres contes [Le Crime de Lord Arthur Savile et Le Millionnaire modèle] d’Oscar Wilde, traduction de Jules Castier (© Éditions Stock, 1979), illustrations de Gustave Doré, collection « Bibliothèque Lattès », éditions Jean-Claude Lattès, Paris, septembre 1988 ; 272 p. (cartonné sous jaquette).

Publié dans Littérature

Commenter cet article

pshitt 11/08/2009 12:53

Si si Doré s'est rendu à Londres à plusieurs reprises...

Michel Sender 12/08/2009 05:42



Oui, oui, je l'écris, et c'est à cette occasion qu'il a réalisé de nombreuses illustrations... Mais ce que je veux dire, c'est qu'il n'a jamais illustré les oeuvres d'Oscar Wilde ! Bien
amicalement, Michel Sender.



tipanda 14/05/2009 14:49

Cce livre m'était inconnu, il faudra que je fasse connaissance. j'en profite pour signaler l'illustration par Gustave Doré de la "Divine comédie" de Dante. Pour qui partage la vie d'une Béatrice, on ne peut rêver mieux.

SENDER 15/05/2009 12:48



Les nouvelles ou Le Portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde sont remarquables. Bonnes éditions Garnier-Flammarion notamment pour Le Portrait... J'aime beaucoup les illustrations
de Gustave Doré (grand souvenir du Capitaine Fracasse en Marabout avec ses dessins). Grosses bises de la part de Béatrice. Michel Sender.