La double vie d'Oscar Wilde

Publié le par Michel Sender




Je vous ai déjà un peu parlé d’Oscar Wilde (1854-1900), par incises, aux débuts de ce blog. Aujourd’hui, il me faut absolument mentionner, dans la collection « Folio Biographies » que dirige Gérard de Cortanze chez Gallimard, l’Oscar Wilde [*] de Daniel Salvatore Schiffer, remarquable aide-mémoire et hommage à un grand écrivain.

La biographie d’un écrivain ne fait pas tout mais Daniel Salvatore Schiffer, philosophe et essayiste qui a travaillé récemment sur une Philosophie du dandysme aux PuF, retrace très bien l’itinéraire d’Oscar Wilde qu’il rapproche d’ailleurs de celui de Baudelaire ou de Verlaine...

Né en Irlande, à Dublin, Oscar Wilde fit d’excellentes études au Trinity College de cette ville, puis à Oxford, en Angleterre, où il fut l’élève de Walter Pater et John Ruskin qui formèrent son esthétisme très tôt tourné vers le monde grec ou l’Italie.

Jeune homme extrêmement doué, il se fit remarquer par des poèmes, des essais revendiquant l’art pour l’art et un choix de vie excentrique par son non-conformisme et sa recherche du luxe, de la préciosité et de l’élégance stylistiques.

Dans cet itinéraire particulier, il devait rencontrer, en poésie, le soutien en France de Stéphane Mallarmé, se rapprocher en peinture de l’expressionnisme des préraphaélites et de Gustave Moreau et assimiler pour lui (et pour son Dorian Gray) le décadentisme de Des Esseintes, le personnage du À rebours de Joris-Karl Huysmans...

Conférencier célèbre, personnalité londonienne et auteur à succès de pièces de théâtre spirituelles et drôles, Oscar Wilde va gâcher son talent et se mettre en danger par sa vie personnelle dispendieuse et scandaleuse pour l’époque.

Ayant épousé en 1884 Constance Lloyd, une jeune femme de la bourgeoisie anglaise dont il eut deux enfants et qui fut toujours d’une fidélité exemplaire, il ne cessa, malgré son amour sincère pour elle, de la tromper ouvertement avec de jeunes hommes qu’il amenait à la maison et de s’afficher en public avec eux...

Et ce fut sa liaison durable, en plus de nombreuses excursions dans les lieux pédérastiques de Londres, Paris ou d’Afrique du Nord (Gide, qu’il y croisa, était effrayé de son inconscience !), avec Lord Alfred Douglas, dit « Bosie », fils du marquis de Queensberry, qui provoqua sa chute...

Daniel Salvatore Schiffer rappelle avec précision et objectivité tout l’effroyable engrenage que fut le procès (qui se retourna contre lui) qu’intenta lui-même Oscar Wilde « pour diffamation » contre le père de Bosie et qui, finalement, le conduisit au désastre : deux années terribles d’emprisonnement, la faillite financière (tous ses biens furent vendus) et la déchéance personnelle (séparation forcée de sa femme et de ses enfants, qui changèrent de nom) qui s’en suivirent, avec l’exil et la misère, avant de mourir dans un petit hôtel parisien !

Les dernières années de la vie d’Oscar Wilde, qui nous valurent son grand poème de La Ballade de la geôle de Reading et son De profundis, furent littéralement une descente aux enfers, en firent un martyr et un poète maudit terminant son existence dans l’opprobre et l’alcoolisme...

Cette destinée-là (celle également d’un génie littéraire), malgré ses erreurs et ses errances personnelles évidentes, révolte et fait pleurer !

Michel Sender.

[*] Oscar Wilde de Daniel Salvatore Schiffer, collection « Folio Biographies », éditions Gallimard, Paris, mai 2009 ; 432 pages, 8,60 €.


Publié dans Littérature

Commenter cet article

Jean-Pierre 01/08/2009 19:43

J'ai lu beaucoup de livres sur Oscar Wilde. Je crois connaître sa vie et son oeuvre. Mais cette biographie de Daniel Salvatore Schiffer, qui avait écrit aussi une très bonne "Philosophie du Dandysme" (PUF), m'apparaît comme une des meilleures qu'on ait écrite à ce jour. Elle est synthétique tout en étant assez fouillée, et décrit bien la complexité de l'écrivain. Les nombreuses citations qui émaillent ce livre sont très souvent judicieuses et éclairent l'oeuvre. je recommande vivement ce livre. Je suis parfitement d'accord avec vous. Merci de l'avoir signalé.

Jean-Pierre, de Bruxelles.

madeleine 30/07/2009 11:00

J'ai lu ce livre et connaissant assez bien l'oeuvre et la vie d'Oscar Wilde, je veux donner mon avis : cette biographie de Salvatore Schiffer est une mauvaise caricature.
Non seulement, Salvatore Schiffer n'apporte aucun élément nouveau, mais il fonde son analyse sur les racontars les plus suspects rapportés par Franck Harris et Robert Sherad notamment, dont les écrits ont été largement remis en question depuis leurs publications.

Salvatore Schiffer ne développe aucune idée ou analyse quant à l'oeuve wildienne, si ce n'est de répéter que Wilde était le plus dandy de tous les dandys , sa profonde analyse ne dépasse pas cette constation première.

Ce que réussit très bien Salvatore Schiffer, en revanche, c'est le récit voyeuriste et moralisateur d'une déchéance surexposée et surdétaillée. Le tout écrit dans un style épouvantable.

Une biographie qui dans son fonds comme dans sa forme est à l'exact opposé de son modèle : grand écrivain et homme d'un goût exquis.

Madeleine

Michel Sender 31/07/2009 06:32



C'est tout le problème des biographies, qu'évoque d'ailleurs très bien Jo Hammett à propos de son père.

Je ne suis pas un spécialiste d'Oscar Wilde et il est vrai (je l'ai relevé car, en général, je me "moule" dans le livre que je veux présenter) que l'auteur traite essentiellement le dandysme et
sa version décadentiste et fait de Wilde un poète maudit dans le sens de Verlaine... (On a vu quelles erreurs a pu faire Baudelaire sur la biographie d'Edgar Poe et combien la notion de "poète
maudit" est discutable.)

De plus, vous avez raison, c'est une compilation (comme beaucoup) sans documents nouveaux : c'est le cas aussi des autres titres de cette collection de poche dont, malgré des réserves, je lis de
temps en temps les titres.

Une chose est sure : Oscar Wilde est encore largement méconnu. Une seule biographie ne suffit pas et il faut toujours approfondir ses connaissances.


Merci, donc, chère Madeleine, de votre contribution. N'hésitez pas à nous suggérer d'autres lectures.


Bien amicalement, Michel Sender.



Parisianne 30/06/2009 08:27

Merci pour cette information. Je viens de sortir de ma bibliothèque le Portrait de d'Orian Gray pour le relire, alors cette biographie m'intéresse. Bonne journée

Michel Sender 01/07/2009 05:19


Oui, oui, ce volume est très bien fait et éclaire d'ailleurs Le Portrait de Dorian Gray (on peut le dire, le chef-d'oeuvre d'Oscar Wilde) avec beaucoup d'intelligence... Merci de votre
lecture, bien amicalement, Michel Sender.