Lire en été

Publié le par Michel Sender

 

 

Le numéro juillet-août de Lire, « Les livres de votre été », avec un dessin de Sempé en couverture, vient de paraître.


Comme chaque mois, il fait le point sur les parutions et propose une sélection « Spécial Poche » à moins de 10 euros. C’est très intéressant (à part cette manie d’attribuer des étoiles à chaque livre) : vous y trouverez des ouvrages connus et des idées de lecture.


C’est cela qui compte dans les magazines... Faire son choix. (Dès la première page, Firmin – Autobiographie d’un grignoteur de livres de Sam Savage s’impose au sommaire, mais c’est une pub d’Actes Sud.)


À noter également, « L’univers d’un écrivain » avec Jean-Claude Carrière et un grand entretien avec René de Obaldia : « Littérature rime avec aventure ».


Et puis, traditionnellement, le numéro d’été de Lire, ce sont les « 15 extraits de la rentrée littéraire », de nouveaux romans qui vont commencer à sortir en août.


Il y a bien sûr, comme chaque année, Amélie Nothomb ; ensuite Frédéric Beigbeder, Marie NDiaye, Anne Wiazemsky, Véronique Ovaldé, Lydie Salvayre, etc. (On annonce encore, je crois, plus de 600 romans, alors...)


Dans le domaine étranger, je relève personnellement la promesse d’un nouveau livre de Carlos Ruiz Zafón, Le Jeu de l’ange, traduit par François Maspero, chez Robert Laffont. (Le précédent livre de Carlos Ruiz Zafón, L’Ombre du vent, traduit déjà par François Maspero chez Grasset, est un enchantement !)


« Un écrivain n’oublie jamais le moment où, pour la première fois, il a accepté un peu d’argent ou quelques éloges en échange d’une histoire. Il n’oublie jamais la première fois où il a senti dans ses veines le doux poison de la vanité et cru que si personne ne découvrait son absence de talent, son rêve de littérature pourrait lui procurer un toit sur la tête, un vrai repas chaque soir et ce qu’il désirait le plus au monde, son nom imprimé sur un misérable bout de papier qui, il en est sûr, vivra plus longtemps que lui. Un écrivain est condamné à se souvenir de ce moment, parce que, dès lors, il est perdu : son âme a un prix. »


Voilà les premières lignes du Jeu de l’ange, en librairie en France le 20 août : autrement, c’est disponible en espagnol...


Michel Sender.


Lire
n° 377, juillet-août 2009 ; 156 pages, 5,90 €. www.lire.fr

 

 

 

 

Commenter cet article

Biblio 06/07/2009 18:39

Moi aussi j'attends son roman avec impatience car j'ai beaucoup aimé "l'ombre du vent".a+

Michel Sender 07/07/2009 06:32


N'est-ce pas ? Cela donne envie. Bien amicalement, Michel Sender.


Parisianne 05/07/2009 22:54

J'ai adoré l'Ombre du Vent, le titre à lui seul est une promesse. Merci de l'information, je vais m'offrir Lire et attendre patiemment le 20 août. Bonne soirée.