"Le Voyage d'hiver" : une sonate d'automne d'Amélie Nothomb

Publié le par Michel Sender

 

« Je me concentrais sur les points positifs. Ainsi, j’avais ressenti un soulagement profond quand j’avais eu fini ce livre. Certes, j’avais souffert en le lisant, mais pas pour des raisons littéraires. J’appréciais par ailleurs qu’il n’y ait pas de photo de l’auteur sur la jaquette, en cette époque où l’on échappe de moins en moins à la bobine l’écrivain en gros plan sur la couverture. »


En revanche, pour Le Voyage d’hiver [*] d’Amélie Nothomb, les éditions Albin Michel ont fait le choix d’un superbe et inquiétant portrait de l’auteure réalisé par le célèbre Studio Harcourt de Paris.


Manière de dérision, sans doute, car, d’une certaine façon, Amélie Nothomb est toujours une des vedettes des rentrées littéraires françaises.


Pour cette année 2009, Amélie Nothomb nous donne un court roman enlevé, bien rond comme une boucle, plein de déliés mais tendu vers son objectif final : nous faire passer, sous sa houlette, une heure ou deux de distraction subtile et de frisson iconoclaste.


Dans Le Voyage d’hiver, son personnage principal et narrateur (un marteau que ses parents ont affublé du prénom incongru de Zoïle) nous tisse la toile d’un trip affolant, l’histoire d’un type qui, pour se venger d’être mal aimé, veut, en fait, faire sauter toute la planète !


L’objet de son délire est un couple de deux femmes, elles aussi aux prénoms surannés : l’une, Aliénor, est une romancière débile et autiste (un rêve d’écrivain !), l’autre, Astrolabe (l’objet de son désir), son assistante zélée et exclusive, froide comme le marbre…


Tout cela, bien frappé et déjanté (avec l’aide de quelques champignons hallucinogènes) comme il se doit avec Amélie Nothomb, ne peut pas l’emmener très loin – sauf, effectivement, à se faire sauter le caisson !


Tout cela ne mange pas de pain et se lit d’une traite.


Si par hasard… vous n’aimez pas Amélie Nothomb – n’en découragez pas les autres ! Elle a un style, une « patte »,  indéniables et uniques, qui ne sont qu’à elle !


Michel Sender.


[*] Le Voyage d’hiver d’Amélie Nothomb, éditions Albin Michel, Paris, août 2009 ; 144 pages, 15 €.
www.albin-michel.fr

Publié dans Littérature

Commenter cet article

LILIRADAR21 07/09/2009 12:14

Visiter votre blog est toujours prendre le risque de tomber sous le charme, la curiosité de rencontrer des livres que l'on va immédiatement désirer. Zola, Nothomb... Tout ça me tente beaucoup.

Michel Sender 08/09/2009 05:52


Chère Liliradar, merci beaucoup. Le Vide Poche est pour moi aussi un rendez-vous agréable ! Et vous n'oubliez pas Georges Simenon ! Bien amicalement, Michel Sender.