Deux photographies d'Erich Auerbach (1911-1977)

Publié le par Michel Sender




Je suis en train de lire Un soupçon légitime (War er es ?), un inédit de Stefan Zweig qui vient de paraître chez Grasset (je pense que j’en reparlerai) et j’ai ressorti Le Voyage dans le passé paru l’an dernier chez le même éditeur et qui a connu un grand succès.


En début d’année, la nouvelle édition de Lettre d’une inconnue chez Stock (voir ce blog) a également rencontré le public et, en règle générale, les livres de Stefan Zweig – ce qui n’est que justice – se vendent toujours très bien, au point que les rééditions se multiplient…


Et la photo de couverture de Voyage dans le passé, reprise pour une version audio, est suffisamment marquante pour qu’on s’en souvienne.


Or, hier, furetant dans une grande librairie – où j’ai d’ailleurs trouvé l’édition GF (remarquable ! je vous en reparlerai sans doute) du Grand Meaulnes d’Alain-Fournier –, j’ai été intrigué par la couverture récente (vu également dans le catalogue du Grand Livre du Mois) d’un livre de Dominique Marny, Il nous reste si peu de temps.

 

 

 

J’ai noté le crédit photo (Erich Auerbach/Getty Images) et, rentré chez moi, je me suis promis de creuser la question sur Internet, formidable instrument qui nous permet de nous lire (n’est-ce-pas ?) et de rechercher des références, des illustrations de livres, etc.


Surtout que j’étais intrigué que les deux photographies n’étaient pas identiques ! Les deux personnages étaient (sont) manifestement les mêmes, portant les mêmes habits – mais pas dans la même position : dans un cas, s’embrassant ; dans l’autre, se regardant langoureusement… (S’agissait-il d’un montage, de photos d’un film ?)


Allez, je vous donne la solution !


J’ai trouvé assez vite – après avoir « passé » sur Erich Auerbach (1892-1957, critique littéraire et philologue allemand auteur de Mimésis – qu’Erich Auerbach (1911-1977) était un photographe anglais d’origine tchèque ayant beaucoup photographié de grands musiciens, des cantatrices, des chefs d’orchestre, etc., et dont les photographies font partie de The Hulton Archive.


Et, à l’année 1951 des clichés d’Erich Auerbach, on trouve deux photographies : A Fond of Farewell

 

 

 

et Farewell.

 

 

 

Je vous laisse, comme moi, rêver sur ces deux magnifiques tableaux – non sans noter, pour couper court à l’émotion, qu’il me semble que, sur le livre de Dominique Marny, la cigarette tenue par l’homme a disparu !


Michel Sender.

Publié dans Littérature

Commenter cet article