"Du sang sur la neige" de Levi Henriksen

Publié le par Michel Sender

Du sang sur la neige

 

 

« Dan Kaspersen partit avant que l’assemblée en soit à la moitié de Where the roses never fade. Le petit vent indiquait qu’il allait bientôt neiger. Les nuages s’étaient amoncelés au-dessus de la forteresse. Sur une tombe, à l’entrée, on avait planté une rose dans la neige. Il se souvint de l’ambiance ici les veilles de Noël. Cette sensation d’étourdissement lors des soirées étoilées, quand là-haut, dans la nuit infinie, les lumières scintillaient à l’envi avec les étincelles mortes de Dieu. »

À quelques jours de Noël, Dan Kaspersen, qui vient de sortir de prison, enterre son frère Jakob, qui se serait suicidé.

Il a retrouvé la maison familiale et le village de Skogli près de Kongsvinger en Norvège où son père était pasteur pentecôtiste, et, dans ces circonstances douloureuses, tout remonte à la surface : le passé, son enfance, le remords, etc.

Un vieil homme des environs a été agressé et les soupçons se portent sur lui, au point que Dan a le sentiment d’être pris dans une machination et dans des événements qu’il n’arrive pas à maîtriser, dans un engrenage dont il ne connaît pas les rouages qui le broient à petit feu…

On devine là tous les ingrédients d’un polar ou d’un roman noir classique, avec un personnage paumé à la David Goodis et, de plus, perdu dans la neige et les brumes scandinaves !

Paru en 2004 en Norvège et ayant obtenu la même année le Prix des libraires, Du sang sur la neige [*] (il n’était pas évident de traduire littéralement, La neige va tomber sur la neige qui est tombée, en français le titre original) a été écrit par Levi Henriksen, parolier et musicien rock très connu dans son pays dont c’était le premier roman publié.

Le livre paraît dans notre langue en « avant-première » chez France Loisirs et il m’a semblé très intéressant de le découvrir.

Je n’ignore pas que l’on parle beaucoup d’une mode du polar nordique (la raison pour laquelle, paradoxalement, ce livre ne serait pas encore publié en français chez un éditeur classique ?) mais, en tout cas, il y a chez Levi Henriksen un vrai talent pour créer une atmosphère et un univers extrêmement personnels.

Les personnages en sont également très attachants, avec le portrait principal d’un homme qui essaie de sortir du néant et de se sauver moralement !

Michel Sender.

[*] Du sang sur la neige (Snø vil falle over snø som har falt, Gyldendal, Oslo, 2004) de Levi Henriksen, traduit du norvégien par Loup-Maëlle Besançon, éditions France Loisirs, Paris, février 2010 ; 398 pages [16,95 €]. www.franceloisirs.com

 

Publié dans Littérature

Commenter cet article

tipanda 17/04/2010 22:57


Les scandinaves ne sont pas réputés pour leurs talents comiques. Le climat ? ...
Et puis cette langue imprononçable pour des latins...
Ce sont peut-être les principales raisons de notre ignorance pour leur littérature.
Amitiés.