Kriss for ever

Publié le par Michel Sender

 

 

« Dans deux minutes, l'antenne. Moment délicat où l'invité se décompose. Ses mains tremblent. Le faire rire. Où ai-je mis ma fiche ? Le distraire. Lui dire deux mots pour qu'il sente que j'ai compris ce qu'il vient défendre. Tenter une question comme on trempe un orteil dans la mer. Faire une gaffe, renverser mon verre, bafouiller, qu'il sache que c'est permis. Essais de voix. Je mets mon casque. Mon casque c'est ma maison, mon cocon. J'écoute fort, à l'intérieur du son. J'entends les fêlures de sa voix, son souffle. Tout s'entend, la voix mouillée, la voix qui tremble, celle qui sourit, qui réclame. Les plaintes les plus lointaines sont inscrites dans la voix et les rires de l'enfance. Toutes ces voix qui s'envolent, invisibles et réelles. Est-ce bien raisonnable de déranger un satellite pour nos élucubrations ? Surtout ne jamais se poser cette question avant une émission. »

(Kriss, La Sagesse d’une femme de radio, L’Œil Neuf/France Inter, Paris, 2005)

Vous branchez France Inter et, tout d’un coup (vous n’avez pas saisi d’explications), vous entendez une voix familière, celle de Kriss, à une heure inhabituelle… Mauvais signe !

C’est ce qui m’est arrivé vendredi dernier, après 17 h. L’émission prévue a suivi son cours et je n’avais pas écouté le début ni les infos…

Ce matin, j’ai voulu en avoir le cœur net et j’ai questionné un célèbre site de recherche et la réponse, immédiate, est venue : « Kriss, la voix mythique de France Inter, s’est éteinte… »

Je ne vous ferai pas l’affront d’évoquer L’Oreille en coin ou Kriss Crumble, tellement il est difficile d’évoquer par écrit une voix, inoubliable par son timbre toujours jeune et impertinent, et, surtout, l’intelligence, la vivacité, le brin de plume indéniable qu’on détecte dès les premiers mots !

C’est Marie-Pierre Planchon (une voix de la Météo marine et aussi bien plus que ça, une remarquable intervieweuse !) qui animera aujourd’hui, vers midi, une émission spéciale…

La radio, art fugitif dont parfois les traces se perdent, peut laisser aussi des marques immuables dans notre imaginaire et notre mémoire !

Michel Sender.

Voir http://sites.radiofrance.fr/franceinter

 

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ta d loi du cine 29/09/2010 23:19


N'étant pas (mai vraiment pas) fana de radio, je connaissais Kriss Graffiti seulement par le petit bouquin co-écrit avec Chantal Pelletier, "Et l'amour dans tout ça?" (1989)...
(s) Ta d loi du cine, "squatter" chez dasola


Francesca 23/11/2009 16:58


Par Jupiter, Michel, merci de cette (sale) info, je ne savais pas ! Je n'écoutais pas vraiment régulièrement mais toujours sous le charme de Kriss (que je croyais "Chris") et elle va cruellement
manquer