"L'Hirondelle avant l'orage" de Robert Littell

Publié le par Michel Sender

Hirondelle avant l'orage (L')

 

L’Hirondelle avant l’orage [*] est un magnifique livre de Robert Littell, romancier américain jusqu’à présent connu comme l’auteur de remarquables best-sellers sur l’espionnage et qui, avec cet ouvrage plus intimiste mais d’une réelle portée historique, nous plonge au cœur même du stalinisme et de l’Union soviétique des années trente.

 

Il faut dire que Robert Littell a choisi de nous parler du poète Ossip Mandelstam et de son épouse qui, brutalement, au courant de l’année 1934, vont être pris dans la tourmente de l’arrestation et des interrogatoires politiques, puis de la relégation géographique, à Tcherdyn puis Voronej.

 

En 1934, Ossip Mandelstam est déjà un poète dont l’œuvre ne peut plus être publiée dans son pays. Comme ses amis Boris Pasternak ou Anna Akhmatova, il survit difficilement en faisant des traductions ou en essayant de vendre d’anciens manuscrits.

 

Et c’est la composition puis la diffusion progressive, pourtant par le simple bouche à oreille et la récitation (le samizdat viendra plus tard), des vers d’une épigramme virulente et accusatrice contre Staline qui provoquera son arrestation.

 

L’intervention de Boukharine (lui-même en disgrâce et sur le point d’être mis en accusation) auprès de Staline lui évitera dans un premier temps le goulag, mais ce ne sera qu’un sursis car la période des grands procès politiques va s’ouvrir et entraîner sa cohorte de condamnations, de meurtres, de déportations et de disparitions.

 

L’engrenage policier et dictatorial (vécu très tôt par Anna Akhmatova dont le premier mari fut assassiné en 1921) qui s’abat alors sur Ossip Mandelstam est aujourd’hui bien connu par de multiples témoignages, dont celui de son épouse Nadejda qui lui survécut (les trois tomes de Contre tout espoir parus en français chez Gallimard), ceux d’Alexandre Soljenitsyne, de Varlam Chalamov ou de Lydia Tchoukovskaïa, ou encore avec la somme que représente un livre comme Les Chuchoteurs [**] d’Orlando Figes.

 

Robert Littell en reconstitue la véracité et la complexité psychologique à partir de recréations romanesques d’une grande virtuosité – et qui en embrassent toute la vertigineuse cruauté à bras-le-corps !

 

Michel Sender.

 

[*] L’Hirondelle avant l’orage – Le poète et le dictateur (The Stalin Epigram, Simon & Schuster, New York, 2009) de Robert Littell, traduit par Cécile Arnaud (première publication : éditions Baker Street, Paris, 2009), collection « Points », Le Seuil, Paris, mars 2010 ; 414 pages, 7,80 €.

 

 Chuchoteurs (Les) Orlando Figes

 

[**] Les Chuchoteurs – Vivre et survivre sous Staline (The Whisperers – Private Life in Stalin’s Russia, Allen Lane, Londres, 2007) d’Orlando Figes, traduit par Pierre-Emmanuel Dauzat, préface d’Emmanuel Carrère, collection « Médiations », éditions Denoël, Paris, octobre 2009 ; 800 pages, 33 €.

 

Publié dans Littérature

Commenter cet article

Cleis 10/05/2010 14:26


Ce petit commentaire pour associer une écoute audio a ces lectures. Il s'agit du Requiem d'Anna Akhmatova. Il est interprété de manière très poignante par Svetlana Loukine.

Vous pouvez le retrouver sur itunes ou amazon en cherchant Akhmatova et Loukine.


tipanda 23/04/2010 21:23


Robert est aussi le père de Jonathan ... et on dira que la génétique n'est pour rien dans la littérature !