"La bonne fortune de monsieur Ma" de Qiu Xiaolong

Publié le par Michel Sender

Bonne Fortune de monsieur Ma (La) de Qiu Xiaolong

 

« Un soir de l’hiver 1962, des membres de la brigade des affaires spéciales firent irruption dans la cité de la Poussière Rouge pour perquisitionner la librairie de monsieur Ma.

Deux ou trois heures plus tard, ils l’emmenaient, menottes au poignet, suivis jusqu’à la rue du Fujian par madame Ma qui pleurait et suppliait. »

Vient de paraître chez Liana Levi un court volume contenant une nouvelle inédite de l’écrivain chinois réfugié aux États-Unis Qiu Xiaolong, La Bonne Fortune de monsieur Ma [*].

Présenté en deux parties et deux dates (1962 et 1982) sur le mode des bulletins d’information du recueil Cité de la Poussière Rouge paru en 2008 chez Liana Levi, ce dernier récit raconte de façon totalement neutre et iconoclaste la destinée de monsieur Ma, humble libraire arrêté en 1962 puis relâché en 1982, « dix ans avant la date prévue ».

Un de ses voisins, Huang Jialang (« Dans la librairie de monsieur Ma, il avait lu toutes les traductions disponibles en chinois des enquêtes de Sherlock Holmes, sans en acheter une seule », nous précise l’auteur), essaye de connaître les raisons de son arrestation et, finalement, croit savoir que l’on a trouvé chez lui, en version anglaise, « un livre russe à propos d’un docteur russe », livre interdit en Union soviétique.

Vingt ans après, à sa libération, monsieur Ma qui, durant son emprisonnement, n’a été autorisé qu’à étudier un seul ouvrage, un dictionnaire de médecine, décide d’ouvrir une herboristerie, un commerce qui, lui, marchera très fort – tout cela grâce au Docteur Jivago !

Une belle histoire, simple et touchante, qui m’a donné envie de reprendre ce blog…

Michel Sender.

[*] La Bonne Fortune de monsieur Ma (Doctor Zhivago, 2010) de Qiu Xialong, traduit de l’anglais (États-Unis) par Fanchita Gonzalez Batlle, collection « Piccolo », éditions Liana Levi, Paris, février 2011 ; 64 pages, 4 €. www.lianalevi.fr

 

Publié dans Littérature

Commenter cet article

Françoise Granget 26/04/2011 23:23


Ouf, l'image est revenue !


gaby23cinema 26/04/2011 13:21


Coucou c'est moi!!
Longue absence que je te prie d'excuser, la médecine avance à tatons et LA cobaye a résisté longtemps avant de voir un jour nouveau peut être poindre à l'horizon ...
Je ne savais pas que des livres étaient interdits ailleurs que sous Hitler, te lisant je pensais à Kafka (le procès) lorsque tu écris qu'il essaie de connaître les raisons de son arrestation.
Merci d'être toujours là et de nous donner le fruit de tes analyses.
Affectueusement
Gaby


Françoise Granget 25/04/2011 09:08


Cher Michel,
je n'aime pas la suppression de l'image dont tu avais jugé bon d'illustrer ton propos... et j'attends ton prochain article avec une certaine impatience.
Vale


Anis 25/04/2011 08:27


Oui, c'est une histoire émouvante parce qu'elle révèle la force incroyable d'un homme, la faculté de s'approprier toute expérience pour la dépasser. Une leçon de vie en quelque sorte.


Françoise Granget 17/03/2011 10:28


Parmi les nouvelles de Libye et du Japon, en voici une qui me réjouit au plus haut point : un article de toi, cher Michel!
Comme Tipanda, j'ignore tout de Mr Ma mais ça va changer...

Demain, Salon du Livre, juste pour le plaisir de la rencontre avec certains auteurs qui y signeront et aussi pour aller voir de près ce qui se dira au stand du livre numérique (c'est paradoxal,
mais dans le but de voyager léger !).

Heureuse de retrouver ta plume...
Porte-toi bien !