Un "portrait-poème" de Li Po

Publié le par Michel Sender

Li Po

 

Montant à la tour Hsin-ping

 

loin de mon pays natal, je monte sur la tour

crépuscule d’automne, mélancolique je songe au retour

dans le vaste ciel, le soleil au loin se couche

sur le fleuve limpide les vagues froides se succèdent

les nuages du pays de Chin s’élèvent au-dessus des arbres sur les crêtes des montagnes

les oies sauvages barbares rasent les dunes

devant une telle immensité, de plusieurs fois dix mille li,

aussi loin que je regarde la tristesse m’envahit

 

Sous forme d’un « portrait-poème », Hervé Collet et Cheng Wing fun proposent chez Albin Michel une monographie consacrée au poète chinois Li Po (701-762).

Li Po, l’immortel banni sur terre buvant seul sous la lune [*] mêle une évocation biographique du poète à la traduction de ses poèmes et à des calligraphies chinoises de ses textes.

Il n’est pas toujours facile de s’y retrouver dans les transcriptions, dans les dates, les concepts ou les lieux pour des non-spécialistes.

Personnellement, je me suis laissé mener par la beauté poétique !

Michel Sender.

[*] Li Po, l’immortel banni sur terre buvant seul sous la lune (Portrait-Poème) de Cheng Wing fun et Hervé Collet, éditions Albin Michel, Paris, mai 2010 ; 224 pages, 15 €.

 

Publié dans Littérature

Commenter cet article

Yannick & Virgule. 08/05/2010 18:40


Cher Michel, merci de nous faire découvrir de lointains poètes. Je ne connaissais pas... Il faut bien admettre que ce poète ne doit pas figurer dans de nombreuses anthologies. Merci, Michel, pour
votre blog si précieux.


tipanda 08/05/2010 10:49


Comme tu le fais remarquer,traduire la poésie est un travail plein d'embûches. Dans le cas particulier de ce poète, ce qui me gène d'avantage, c'est la complaisance à la mélancolie. Ce n'est pas
sain,donc à déconseiller aux malades et déprimés. Si tu devines où je veux en venir ...
Bien affectueusement.