Une histoire inédite de Stefan Zweig

Publié le par Michel Sender




Voici en français, inédite dans notre langue, un an après Le Voyage dans le passé, la traduction, toujours par Baptiste Touverey et en édition bilingue chez Grasset, d’une nouvelle inconnue de Stefan Zweig (1881-1942), Un soupçon légitime [*], dont le titre allemand, War er es ? (littéralement : « Était-ce lui ? »), en forme d’interrogation, n’était pas évident à transcrire.

Il n’est pas non plus toujours facile au lecteur non germaniste de se retrouver dans l’édition française des livres de Stefan Zweig car cette nouvelle, War er es ?, posthume et inédite en Allemagne, est parue en 1987 chez Fischer Verlag dans un volume des Œuvres complètes de Zweig, réalisé par Knut Beck, regroupant par exemple Brûlant Secret (Brennendes Geheimnis) ou Printemps au Prater (Praterfrühling), nouvelles disponibles chez nous dans des recueils différents.

War er es ?, qui faisait partie des papiers « brésiliens » retrouvés après son suicide, avait d’ailleurs été traduite au Brésil dès 1942 avec Schachnovelle (Le Joueur d’échecs) et Die spät bezahlte Schuld (La Dette, dans le recueil français Wondrak).

Un soupçon légitime, qui se situe en Angleterre et dont on pense qu’elle a été écrite à partir de 1939 pendant son exil anglais, est donc bien une composition originale de Stefan Zweig qui avait échappé jusqu’à présent à toute publication française – ce qui constitue, indéniablement, un événement éditorial dans notre pays !

Autre surprise : si Un soupçon légitime n’est pas vraiment une histoire policière, on peut lui trouver en revanche une tonalité hitchcockienne.

Car tout commence très banalement, deux couples qui vivent tranquillement côte à côte dans deux maisons de la campagne anglaise, qui se fréquentent en voisins et s’observent rituellement.

La narratrice est la femme du couple le plus âgé et elle s’emploie méthodiquement à décrire les Limpley et la grande solitude de Mrs. Limpley dont le mari, très survolté, reste absent une grande partie de la journée.

Les Limpley n’ont pas d’enfant et leurs voisins croient bien faire en leur offrant un jeune bulldog, baptisé Ponto, qui, très vite, prend toute la place dans leur maison et s’attache tyranniquement, encouragé par lui, essentiellement à Mr. Limpley…

Et le drame va venir de là, avec la grossesse de Mrs. Limpley et l’arrivée tant attendue d’un bébé, le chien se retrouvant petit à petit ignoré, maintenu à part, oublié…

La narratrice note tout cela de loin et prête au chien, dans un anthropomorphisme évident, des réactions et des sentiments d’une personne – humaine, trop humaine !

Je ne peux pas vous en raconter beaucoup plus, sinon que Stefan Zweig laisse monter progressivement la tension psychologique et déploie, notamment dans la description de l’animal humilié, toutes les subtilités de sa science de l’analyse des comportements, dans une œuvre finalement troublante, inattendue et singulière !

Michel Sender.

[*] Un soupçon légitime (War er es ?) de Stefan Zweig, traduction de Baptiste Touverey suivie du texte allemand original, éditions Bernard Grasset, Paris, octobre 2009 ; 154 pages, 10 €.

Publié dans Littérature

Commenter cet article

Parisianne 12/11/2009 07:58


Vous me voyez ravie de vous compter parmi mes quelques lecteurs, mais puisque vous êtes un lecteur averti, je serais ravie d'avoir vos critiques, si vous le souhaitez bien sûr. Bonne journée.


Michel Sender 13/11/2009 06:05



Chère Parisianne, il est vrai que j'envoie très peu de commentaires mais je témoigne que je lis régulièrement les blogs que j'ai sélectionnés (souvent parce qu'ils sont différents du mien) dans
mes "Liens", souvent depuis Zorange... A bientôt, bien amicalement, sur votre blog (je suis vos "exercices de style", tout en détestant moi-même les pratiquer). Michel Sender. (Je viens d'ajouter
TATYANA, retrouvée grâce à GABY CINEMA.)



Parisianne 11/11/2009 20:57


J'étais certaine de trouver ici un commentaire sur ce livre, et c'est la raison de ma visite de ce soir. Je ne l'ai pas encore lu, ni même encore acheté mais cela ne saurait tarder, si j'avais
hésité à le faire vous m'auriez convaincue !
Je passe régulièrement pour découvrir ce que vous nous proposez, et si je ne me manifeste que rarement, sachez que je n'en apprécie pas moins vos commentaires. Cordialement.


Michel Sender 12/11/2009 05:32


Chère Parisianne, merci. Je suis moi-même un de vos fidèles lecteurs. Bien amicalement, Michel Sender.


dasola 26/10/2009 14:27


Bonjour, j'ai en effet repéré cette publication d'un texte inédit de S. Zweig. Quand je lis le texte français, je m'attends à à une histoire d'adultère: ce qui n'est pas le cas. Je ne l'ai pas
encore lu. En revanche, pour les germanistes (et les autre), avoir le texte original est intéressant. Bonne journée.


Echecs 24/10/2009 06:57


Un très bon écrivain Stefen Zweig auteur du "Joueur d'échecs".

Yves