Vertige de la Mode

Publié le par Michel Sender

Saint Laurent mauvais garçon

 

 

J’ai beaucoup aimé le Sagan à toute allure de Marie-Dominique Lelièvre paru chez Denoël en 2008 et j’ai souhaité bien sûr lire son Saint Laurent, mauvais garçon [*] sorti en janvier chez Flammarion.

 

Je me suis aperçu ensuite qu’il y avait en ce moment une pléthore de publications sur Yves Saint Laurent, ce qui est certainement dû à la rétrospective de son œuvre présentée actuellement au Petit Palais à Paris, deux ans après sa disparition le 1er juin 2008.

 

Marie-Dominique Lelièvre, journaliste (son éditeur nous la dit même « portraitiste à Libération ») et romancière, a un don réel et très littéraire pour faire revivre une société et toute une ambiance à partir d’entretiens, de témoignages et de documents.

 

Le travail de base du biographe, me direz-vous, sachant que, comme dans la cuisine, tout dépend ensuite de la façon d’accommoder les ingrédients. Or, dans ce livre, souvent la chair est triste et l’histoire démoralisante…

 

On comprend très vite que, un peu comme pour Françoise Sagan, Yves Saint Laurent a en réalité été victime de son succès précoce, puis qu’il s’est isolé dans un monde à part, doré certes mais non sans embuches et une angoisse constante, au point de ne plus pouvoir vivre dans la vie courante.

 

Avec, cependant, en permanence à ses côtés, un compagnon régisseur de ses affaires et du quotidien, Pierre Bergé, toujours là pour le materner ou le surveiller, ou rattraper les fugues et les bêtises de l’enfant prodigue et prodige !

 

C’est résumer bien rapidement une existence entière consacrée aux affres de la création, vécue de plus en plus comme une douleur par un génie par ailleurs très conscient de l’air du temps et des ailes de la renommée…

 

 Bergé (Pierre) Lettres à Yves

 

Les Lettres à Yves [**] que Pierre Bergé publie chez Gallimard n’infirment pas cette légende, sauf que leur auteur, bien sûr, insiste très fortement sur leur amour, charnel et intellectuel.

 

Placées entre deux oraisons funèbres, celle du 5 juin 2008 et l’allocution pour la messe-anniversaire du 2 juin 2009, ces lettres, qui ressemblent aussi à des annotations de journal pendant quelques mois, égrènent la litanie de l’absence d’un être aimé, mais encore tout ce qui est fait pour s’en ressouvenir, puis s’en séparer, tellement les objets ou les lieux sont en même temps des béquilles et des gouffres…

 

C’est à la fois très intime et mondain, déconcertant de vanité tout autant que de force morale !

 

 Dandysme

 

Parallèlement à ces lectures, j’ai reçu par La Poste Le Dandysme, dernier éclat d’héroïsme [***] que Daniel Salvatore Schiffer, après mes mentions dans ce blog notamment de son Oscar Wilde paru dans la collection « Folio Biographies », tenait à m’adresser.

 

Or, j’ai découvert à cette occasion que je m’intéresse au dandysme ou à la mode pour des raisons littéraires (ce que Baudelaire, Oscar Wilde ou Marcel Proust par exemple en ont écrit) ou de société, mais pas du tout en fait dans leurs manifestations concrètes qui me restent totalement étrangères et largement incompréhensibles !

 

D’où ma difficulté à entrer dans les distinguos de Daniel Salvatore Schiffer et encore plus pour m’investir dans des estimations sur les dandies (hommes ou femmes) d’aujourd’hui ou plus encore pour apprécier un éventuel « primatisme » à venir…

 

Le dandysme, comme la mode d’où il vient, ressemble hélas trop souvent à un snobisme ou à un hermétisme coupé des réalités.

 

Michel Sender.

 

[*] Saint-Laurent, mauvais garçon de Marie-Dominique Lelièvre, éditions Flammarion, Paris, janvier 2010 ; 320 pages (+ 8 pages photos), 19 €.

 

[**] Lettres à Yves de Pierre Bergé, éditions Gallimard, Paris, mars 2010 ; 112 pages, 12 €.

 

[***] Le Dandysme, dernier éclat d’héroïsme de Daniel Salvatore Schiffer, collection « Intervention philosophique », Presses universitaires de France, Paris, avril 2010 ; 304 pages, 29 €.

 

Publié dans Littérature

Commenter cet article

LILIRADAR21 31/05/2010 11:24


Je n'étais pas venue vous rendre visite depuis fort longtemps. Je viens de lire plusieurs articles. Je suis sous le charme, en éveil et un brin frustrée : je ne vais pas lire tout ces livres. Mais
au fond, c'est sans importance, l'envie de les lire est juste très agréable. Merci.


tipanda 07/05/2010 10:29


Tant pis, na!
Grosses bises quand-même.


tipanda 06/05/2010 22:55


Bon anniversaire et bonne route au blog de Michel.
Bises aux deux et quatre pattes.


Michel Sender 07/05/2010 06:39



Le premier anniversaire de ce blog sera officiellement (premier article) le 12 mai, mais je n'aime pas les anniversaires ! 



Yannick 06/05/2010 21:35


Cher Michel, votre blog est sur le point de souffler sa première bougie. Bravo pour votre régularité et le travail effectué. Cordiales salutations. Yannick (feu Petitkébi) et sa fidèle chatte,
Virgule . Nostalgie des blogs Orange !!


Michel Sender 07/05/2010 06:32



Cher Yannick Petitkébi, merci de votre lecture. Effectivement, cela va faire un an que j'ai ouvert ce blog mais je ne m'en rends pas vraiment compte car à l'époque il était un complément du
Messager des livres. En ce moment, le lis énormément de livres du fait de ma convalescence mais je n'écris pas beaucoup sur le blog... Bien amicalement, Michel Sender.



tipanda 01/05/2010 17:47


Tout à fait d'accord, je crois même qu'Yves St Laurent, malgré tout son talent, n'aurait pas été YSL sans Pierre Bergé. Un bon gestionnaire, ça aide.