Le retour du Grand Meaulnes (suite)

Publié le par Michel Sender




« Plus on oublie Le Grand Meaulnes, plus on s’en souvient. Pour beaucoup de lecteurs, plus se sont éloignés les péripéties sentimentales, les détails réalistes, les aventures des personnages après le départ de l’école, plus vif est le souvenir de la magie de la fête, de l’étrange atmosphère qui règne au château des Sablonnières, de l’éphémère rencontre entre Augustin Meaulnes et Yvonne de Galais. »

Je ne voulais pas rester – à l’occasion de l’entrée du Grand Meaulnes d’Alain-Fournier dans le domaine public – sur la mauvaise impression de sa sortie en « Folio »-Gallimard et, samedi dernier, je me suis précipité dans une librairie pour en avoir le cœur net !

Je n’ai pas trouvé le Petit Classique Larousse, le « Folioplus classiques » que j’ai feuilleté ne m’a pas emballé mais, en revanche, l’édition de Tiphaine Samoyault (comme je l’ai senti dès les premières lignes de sa présentation recopiées ci-dessus) dans la collection Garnier-Flammarion [*] est absolument remarquable !

Voilà une publication correspondant selon moi aux critères recherchés pour l’édition d’un roman devenu un classique et proposé dans une collection de poche abordable pour tous les publics, alliant la leçon du texte intégral et un appareil critique pour en savoir plus.

La présentation, les notes (il y en aurait presque trop !), le dossier (des ouvertures critiques), la chronologie (une vie résumée en quelques pages) et la bibliographie sont impeccables !

Chapeau bas ! Bravo ! Il sera dorénavant difficile d’aborder Le Grand Meaulnes sans référence à cette édition !

Et, cerise sur le gâteau, bonus comme on les aime aujourd’hui, au lieu d’une préface traditionnelle, une entrée en matière, très efficace, sous forme d’interview d’un écrivain contemporain : ici, Pierre Michon, décalé et original.

Par exemple, à la question « Si vous deviez présenter ce livre à un adolescent d’aujourd’hui, que lui diriez-vous ? », il répond : « Ce livre t’apprendra clairement ce que tu sais déjà : le bonheur est un jeu d’enfants. Le bonheur et la chance sont des jeux d’enfants. Le malheur aussi. »

Michel Sender.

[*] Le Grand Meaulnes d’Alain-Fournier, présentation, notes, dossier, chronologie et bibliographie par Tiphaine Samoyault, précédé de « Pierre Michon, pourquoi aimez-vous Le Grand Meaulnes ? », collection « GF », éditions Flammarion, Paris, octobre 2009 ; XXXII + 320 pages, 4,90 €.

Publié dans Littérature

Commenter cet article

agathe corre 24/10/2009 12:58


Contrairement à ce que la presse a annoncé et les éditeurs publié, Le Grand Meaulnes n'est pas encore dans le domaine public étant donné qu'il a droit comme tout le monde à 70 ans en tant
qu'écrivain, plus 30 ans puisqu'il est "mort pour la France". 70 plus 30 à vous de calculer...


Michel Sender 25/10/2009 06:18



Chère amie, en êtes-vous sûre ? J'ai cru comprendre que la loi avait évolué du fait de directives ou d'harmonisations européennes, mais je suis personnellement incapable de me prononcer. Cela
veut-il dire que les héritiers vont entreprendre des recours juridiques ?

Autrement, en tant que lecteur, ce qui m'intéresse, c'est que de nouvelles éditions critiques, permettant de mieux comprendre Alain-Fournier et Le Grand Meaulnes, existent. J'ai beaucoup
aimé, après celle de Daniel Leuwers, celle de Sophie Basch au Livre de Poche l'an passé. Je suis déçu par l'édition "Folio" de cette année mais en revanche je trouve celle de Tiphaine Samoyault
en Garnier-Flammarion remarquable !

N'hésitez pas à m'apporter des précisions et, en tout cas, merci de votre lecture. Bien amicalement, Michel Sender.